Guide des investissements
L'immobilier d'investissement

Le déficit foncier : réduire les revenus fonciers soumis à l'impôt

Le déficit foncier, un outil pour déduire du revenu foncier le coût des travaux engagés dans le logement


Le principe du déficit foncier repose sur la possibilité, pour le propriétaire d’un bien immobilier ancien en location, de déduire chaque année de ses revenus fonciers le coût des travaux de réparation, d’entretien ou d’amélioration du logement.
Le montant déductible chaque année est limité à 10 700 €. Le solde éventuel est reportable sur les revenus fonciers des années suivantes.
A noter que les intérêts d'emprunt sont eux aussi déductibles.


Le déficit foncier permet d’optimiser réduction d’impôt et utilisation des niches fiscales


Le déficit foncier n’est pas considéré comme une niche fiscale. Il permet de diminuer les revenus issus de la location, et donc de réduire son impôt, tout en bénéficiant par ailleurs des avantages d’une ou plusieurs niches fiscales.


Le déficit foncier, un dispositif efficace et peu contraignant d’incitation à l’investissement dans l’ancien


Seule contrainte pour bénéficier de l’avantage fiscal lié au déficit foncier : maintenir le logement en location jusqu’au 31 décembre de la 3ème année suivant l’imputation du déficit foncier.
Le déficit foncier offre donc une opportunité très intéressante aux contribuables souhaitant investir dans l’immobilier ancien.
 

Pour profiter des réductions d’impôts offertes par le déficit foncier dans le cadre d’un investissement dans l’immobilier ancien, contactez nos conseillers en gestion de patrimoine.